• Libéralisation du marché de l’électricité

    Au premier janvier, le marché de l’électricité s’ouvre vraiment à la concurrence. Nous pouvons donc choisir le fournisseur que nous souhaitons.

     

    Au début, j’ai opté pour la facilité : ne pas changer. J’avais encore en mémoire des mauvais souvenirs en matière de téléphonie ou d’Internet : multiplication soudaine des opérateurs pour finalement arriver à un service plus cher, de moins bonne qualité et des fusions en pagaille qui rendaient le marché tout sauf clair.

     

    Mais en réfléchissant un peu, en lisant notamment que sans changer de fournisseur, ma facture allait quand même augmenter, je me suis dit « pourquoi pas »…

     

    Je vous propose de partager l’état de mes réflexions, sachant que mon choix n’est pas encore fait de façon définitive… et que je ne suis pas un spécialiste.

     

    LES FAITS

     

    Nous avons pour l’instant un fournisseur, Electrabel, et un distributeur, l’IDEG. Demain, le distributeur restera IDEG mais nous pouvons choisir le fournisseur.

     

    Ø      Si je ne fais rien d’ici le premier janvier, mon fournisseur actuel restera mon fournisseur mais je pourrai changer quand je voudrai.

    Ø      Si je signe un nouveau contrat chez lui, je serai alors lié pour une période d’un an : pas moyen de changer avant.

    Ø      Si je signe un nouveau contrat chez un autre fournisseur, je serai lié pour une durée d’un an ou plus (2 ou 3 ans chez certains, moyennant incitants financiers).

     

    Premiers conseils : si vous n’êtes pas décidés ou sûrs à 100% de votre décision, ne signez rien ! Vous ne serez pas sans courant au premier janvier et vous resterez entièrement libre de changer par la suite. Si vous signez un autre contrat chez Electrabel, là par contre, vous serez coincés. Prenez donc le temps de réfléchir.

     

    Si j’opte pour le changement, j’ai deux grandes décisions à prendre :

     

    -         Vais-je choisir un opérateur « traditionnel » ou « vert » ?

    -         Vais-je choisir une formule à prix fixe ou variable ?

     

    Commençons par le prix. Il existe un formule à prix fixe : je sais donc, en signant, le prix exact que je payerai pour toute l’année 2007 (reste à connaître bien sûr ma consommation). Pas de risque donc. D’un autre côté, si le prix de l’énergie baisse, tant pis pour moi… mais je ne crois plus au Père Noël depuis longtemps.

    Avec la formule « prix variables », je suis à la merci d’une augmentation des tarifs de mon fournisseur. Un exemple : les tarifs d’Electrabel ont augmenté de 9% en un an. La simulation que je peux faire aujourd’hui n’est donc pas une garantie pour l’avenir.

     

    Conseil : si le prix est LE critère pour vous, ne vous fiez donc pas au tarif proposé par les fournisseurs « variables ». Notez par exemple que les simulations sont faites sur base du prix de décembre… mais des hausses arriveraient déjà en janvier 2007, càd dans quelques jours.

     

    Enfin, traditionnel ou vert ? Je n’oblige personne à suivre mon raisonnement mais je me dis que si je change de fournisseur, autant que ça ait un sens. En signant un document, sans la moindre conséquence négative sur mon quotidien (j’aurai toujours de l’électricité de même qualité…), je pose un geste utile pour notre planète. C’est bien beau de regarder les éoliennes qui fleurissent dans nos provinces… si ce n’est pas pour soutenir les sociétés qui osent investir dans cette technique d’avenir.

     

    L’état table sur 12% de foyers qui optent pour l’énergie verte. Et si on faisait exploser ce % : pourquoi pas 20, 30, 50% ? Pas besoin d’être un militant écolo avec un pull de Julos Beaucarne, une carte d’Ecolo dans la poche et un tandem à la place du traditionnel véhicule motorisé : laissons les clichés au frigo et réfléchissons un peu aux conséquences de notre décision. Et je rappelle que cette décision est simple, facile et sans conséquences négatives pour nous. Quant aux conséquences positives, elles sont nombreuses !

     

    Conseil : rendez-vous sur http://simulateur.ugr.be/ pour réaliser une simulation et sur http://www.greenpeace.org/belgium/fr/electricite_verte/ranking pour en savoir plus sur les fournisseurs verts.

     

    J’ai un petit faible pour Nuon pour l’instant, largement premier fournisseur wallon dans le classement de Greenpeace (il est possible d’obtenir des renseignements chez Baudelet rue Romedenne) mais mon choix définitif n’est pas encore fait.

    Lampiris, petite société belge, me plait pour son ancrage belge et son côté « David contre Goliath »… mais justement, résistera-t-elle face à de grands groupes ?

    Enfin, Luminus est associé (merci Albert Mabille pour l’info)  aux centrales hydroélectriques de Floriffoux et au parc éolien de Taravisé. Un ancrage local appréciable mais continue à travaille avec la centrale nucléaire de Tihange d’où la mauvaise note décernée par Greenpeace.

    Je terminerai en disant qu’Essent n’a pas très bonne réputation, du moins dans sa partie marketing avec des pratiques qui s’apparentent à de la vente forcée : il est donc exclu de ma liste de choix…

     

    Derniers conseils :

    - Personne ne sera sans électricité au premier janvier : n’ayez pas peur si un démarcheur à domicile ou à la sortie d’une grande surface essaye de vous convaincre par la peur. Et méfiez-vous des « cadeaux » : on parle d’énergie et donc de l’avenir de la planète : un chèque de bienvenue de 15 ou 30 € peut vous convaincre de signer… cela ne fait pas du fournisseur le meilleur choix pour autant !

    - Si le prix reste néanmoins LE critère, regardez bien les simulations. Pour ma consommation, le tarif (variable et donc incertain) d’Electrabel est identique à celui de Lampiris (fixe et donc certain). Il est donc tout à fait possible de combiner réflexion économique et écologique.

     

    A suivre donc !