Quand nos députés font parler d’eux…

On ne parle plus que de cela cette semaine : Le Pan a dégainé en premier et la presse traditionnelle répercute. Gilles Mouyard, député MR, a envoyé un sms à la députée Ecolo Emily Hoyos pour vanter ses… fesses, suite à une remarque de Jean-Charles Luperto, député PS.

Génial ! On parle enfin de nos députés namurois dans la presse. Mais que faisait Maxime Prévot à ce moment ? Le tiercé serait un quartet gagnant !

Blague à part… Bien sûr que le sms de Gilles Mouyard était « un poil » sexiste : c’est bel et bien maladroit, inopportun, déplacé et tutti quanti.

Mais faut-il en faire tout un fromage ? Je reconnais évidemment à Emily Hoyos le droit d’être vexée et nous sommes en droit d’attendre un comportement plus relevé de nos élus.

Gilles, ce n’est pas bien.

C’est bon ? On peut passer à autre chose maintenant ? Lire des pleines pages dans la presse, entendre ce matin à la radio que Didier Reynders fait le gros doigt à son député sambrevillois et a ouvert un dossier disciplinaire à son encontre, c’en est trop.

Les partis sont-ils à ce point nerveux qu’ils doivent passer leur temps à s’expliquer sur leurs propos de la veille, arrondir les angles, prétendre qu’on les a mal compris ou pire s’excuser ? N’y a-t-il pas de débats plus essentiels à mettre sur la place publique ? Va-t-on ouvrir un dossier disciplinaire sur tous les élus qui racontent une blague sexiste ? Arrivent en retard au bureau ? Discutent pendant une séance parlementaire?

Pour ma part, d’autres comportements de politiciens de la région me préoccupent bien plus qu’un sms sexiste qui n’aurait jamais du sortir des gsm des deux personnes concernées. Mais ça, c’est une autre histoire…

Commentaires

  • Ciao
    Y avait longtemps :)
    ceci dit, pas trop d'accord avec toi. C'est suffisamment grave pour faire un caca nerveux. Faudrait la tolérance zéro sur TOUS leurs comportements ! a+

Les commentaires sont fermés.