• On vote à Floreffe... Mais pour qui? Pour quoi?


    Il reste 10 jours +/- pour savoir de quoi sera fait le prochain Conseil communal.

    Quelques réflexions qui n’engagent que moi sur les listes, quelques plans sur la comète sur le résultat… et la future majorité.

    RPF

    André Bodson a fait un gros coup en réunissant Clarté, IC et Défi sur une même liste. La liste RPF se positionne comme une liste « costaude » avec des poids lourds (A. Bodson, G. Bournonville, Ph. Jeanmart). Il y aégalement des femmes qui ne comptent pas jouer les figurantes – et elles ont bien raison ! Le code de la démocratie locale impose de toute façon la présence d’une femme au sein du Collège - : Delphine Monnoyer qui prend le relais de son père Pierre Monnoyer et Anne Romainville.

    Bref, du lourd !

    Mais un handicap de taille : des profils trop éloignés sur une même liste, des années d’engueulades au sein du Conseil… tout cela crispe certains Floreffois qui ne s’y retrouvent plus. Combien ? A suivre le 14 au soir !

    Pour l’anecdote – je ne dévoile ici aucun secret –, Guy Noël, ancien échevin Clarté, président du CDH de Floreffe, a prêté sa remorque à une liste concurrente. Geste politique, petite pique à ses « amis de 30 ans » ou simple geste amical vis-à-vis d’un candidat « POUR » ? « Pour » ne s’est en tout cas pas privé de le faire savoir sur Facebook … pour récupérer une partie de l’électorat déboussolé ? Ou mettre un peu de bisbrouille au sein du CDH ?

    POUR

    Face au mastodonte « RPF » qui représente 14 sièges sur 19 actuellement, le PS a décidé de se présenter sous un nouveau nom, avec une liste d’ouverture.
    Ce n’est donc pas une liste PS, elle ne comprend pas que des PS et ne communique pas avec le visuel PS. Logique me direz-vous, s’agissant d’une liste d’ouverture.

    Ok… mais ce que les partis floreffois n’avaient manifestement pas anticipé, c’est que les deux listes d’ouverture allaient amener deux nouveaux noms dans le paysage floreffois (RPF et POUR, contre Clarté, IC, Défi et PS en 2006, sans oublier CIF…), deux listes qui ne communiquent ni avec de l’orange « car RPF n’est pas une liste CDH hein ! » ni avec du rouge « car POUR n’est pas une liste PS hein ! ». Résultat ? Deux listes qui communiquent sur un fond blanc avec une écriture ni rouge-ni orange.

    Conséquence directe ? On ne reconnait pas les affiches quand on les croise. Plantage total en termes de communication. Pour un lancement de nouveau nom, c’est râpé pour les deux.

    Avec un avantage pour RPF : les noms parlent aux citoyens. André Bodson, tout le monde connait son nom, Benoît Mouton, Anne Romainville, et j’en passe.

    C’est tout de suite moins évident pour POUR. De nouveaux noms apparaissent et bardaf, c’est l’embardée, j’apprends samedi d’un militant socialiste de longue date qu’un ancien candidat FN se retrouve sur cette liste d’ouverture. Je lis dans L’Avenir mardi la même info.

    Surréaliste ! Je ne m’étendrais pas sur le sujet (je n’en pense pas moins) car je ne voudrais pas me retrouver avec une plainte en diffamation sur le dos (ce qui pend au nez de Pierre Monnoyer d’après ce que dit l’avocat du candidat dont je ne citerai pas le nom). Surréaliste disais-je !

    L’électeur de Floreffe passera-t-il l’éponge ? Estimera-t-il que chacun a droit à une nouvelle chance ? A lui de décider…

    ECOLO

    Dernière liste – non pas en importance (4 sièges tout de même ! 4 fois le PS en 2006) mais parce que malheureusement pour elle et ses électeurs, son destin semble tout tracé : l’opposition.
    Car l’objectif de RPF est limpide : non pas tant avoir la majorité absolue que d’être en nombre suffisant pour renvoyer Ecolo dans l’opposition.
    N’ont-ils jamais digéré l’importance donnée au Collège en 2000 à Ecolo (2 élus – 2 échevins) ? Ou reprochent-ils à ces deux échevins (renforcés de deux conseillers en 2006) de faire pendant 12 ans ce qu’ils s’étaient engagés à faire durant les campagnes ?

    Qu’on soit Ecolo ou non, on doit au moins reconnaître leur cohérence. Mais celle-ci peut parfois être interprétée comme du dogmatisme par d’autres élus qui s’attendaient peut-être qu’Ecolo se contente simplement de faire « nombre ».

    Quel résultat en 2012 ? Remercié par leurs actions et un siège en plus ? Sanctionné et un siège en moins ? Finalement, peu importe, RPF fera sans eux. Je suis prêt à parier gros là-dessus.

    La seule question pour moi est de voir l’impact du départ de T-M Bouchat de la liste : elle annonce son départ+/- au moment de l’annonce de la fusion Clarté-IC-Défi. Aucun lien dit-on chez Ecolo : c’est simplement pour permettre à d’autres militants d’occuper le devant de la scène. D’autres disent qu’elle quitte le navire car n’a pas envie d’être simple conseillère de l’opposition.
    Peu importe : il reste que c’est une personnalité qui s’en va et qui risque de faire perdre des voix importantes à Ecolo alors qu’elle aurait pu pousser la liste sans briguer un mandat.

    Les alliances me direz-vous ?

    On peut d’abord parler des résultats : sinon, à quoi bon voter ?

    En fait, les résultats importent assez peu.

    RPF représente un potentiel de 14 sièges sur 19. Il en faut 10 pour gérer la commune, 11-12 pour être plus à l’aise. 14 ou 15 et c’est Byzance !
    RPF peut donc sans souci perdre 1 siège. Même 2. Plus serait étonnant mais inquiétant seulement à partir de 4.
    Rien ne s’opposerait donc a priori à ce que RPF gère seul la commune.

    POUR fera-t-il un siège ? 2 ? 3 tiendrait du miracle.

    Ecolo, je l’ai dit : ça ne changera pas grand-chose pour eux. Désolé pour les électeurs Ecolo…

    Alors ? Majorité absolue ? Alliance ?

    L’objectif est clairement d’être majoritaire mais être majoritaire ne signifie pas nécessairement d’être seul au pouvoir. N’excluons pas trop vite une envie d’alliance. Ecolo ? Relisez ce que j’ai écrit plus haut… La seule possibilité pour moi serait que RPF punisse Ecolo de la place prédominante prise en 2000 (c’est parfois mesquin la politique…) : maximum un échevin donc. Ecolo n’acceptera pas si leur résultat est bon.
    POUR ? N’oublions pas que POUR n’est pas une liste PS mais est pilotée par l’USC de Floreffe, tirée par le conseiller communal PS sortant et que tout bon bourgmestre cherche à avoir les relais utiles auprès de l’autorité de tutelle. Et être deux à table permet de ne pas être seul à assumer les difficultés : ne sous-estimons pas cet aspect. « Vous savez, être en coalition oblige à faire des compromis, etc. ».

    Je n’exclurais donc pas une alliance CDH-PS. Pardon pour ce lapsus (que le MR ne me jette pas dans la Sambre !!) : RPF-POUR. POUR qui se contentera certainement d’un échevin ou de la présidence du CPAS, tellement content de passer de l’autre côté de la table.

    Dernière question ? Qui !

    Quels partis, c’est vu. Mais quels échevins ? André Bodson rempilera si son score le lui permet et je ne vois pas qui pour le battre en voix de préférence. Je ne parierais pas sur un mandat de six ans par contre…
    Quels échevins dans une liste fusionnée de trois listes ? 1 de chaque ? Quelle sera la femme ? Y a-t-il des accords préélectoraux ou les voix de préférence seront-elles prédominantes ?
    Delphine Monnoyer – deuxième femme et tendance Clarté-CDH – ou Anne Romainville tendance Défi-MR ? Un accord tacite a-t-il été pris ? A-t-il été communiqué à tous les candidats ?
    A moins que… une candidate de POUR ?

    Il ne serait pas inutile que les responsables de RPF communiquent sur les règles appliquées. Mais c’est probablement un vœu pieux à dix jours du scrutin.