floreffe

  • On vote à Floreffe... Mais pour qui? Pour quoi?


    Il reste 10 jours +/- pour savoir de quoi sera fait le prochain Conseil communal.

    Quelques réflexions qui n’engagent que moi sur les listes, quelques plans sur la comète sur le résultat… et la future majorité.

    RPF

    André Bodson a fait un gros coup en réunissant Clarté, IC et Défi sur une même liste. La liste RPF se positionne comme une liste « costaude » avec des poids lourds (A. Bodson, G. Bournonville, Ph. Jeanmart). Il y aégalement des femmes qui ne comptent pas jouer les figurantes – et elles ont bien raison ! Le code de la démocratie locale impose de toute façon la présence d’une femme au sein du Collège - : Delphine Monnoyer qui prend le relais de son père Pierre Monnoyer et Anne Romainville.

    Bref, du lourd !

    Mais un handicap de taille : des profils trop éloignés sur une même liste, des années d’engueulades au sein du Conseil… tout cela crispe certains Floreffois qui ne s’y retrouvent plus. Combien ? A suivre le 14 au soir !

    Pour l’anecdote – je ne dévoile ici aucun secret –, Guy Noël, ancien échevin Clarté, président du CDH de Floreffe, a prêté sa remorque à une liste concurrente. Geste politique, petite pique à ses « amis de 30 ans » ou simple geste amical vis-à-vis d’un candidat « POUR » ? « Pour » ne s’est en tout cas pas privé de le faire savoir sur Facebook … pour récupérer une partie de l’électorat déboussolé ? Ou mettre un peu de bisbrouille au sein du CDH ?

    POUR

    Face au mastodonte « RPF » qui représente 14 sièges sur 19 actuellement, le PS a décidé de se présenter sous un nouveau nom, avec une liste d’ouverture.
    Ce n’est donc pas une liste PS, elle ne comprend pas que des PS et ne communique pas avec le visuel PS. Logique me direz-vous, s’agissant d’une liste d’ouverture.

    Ok… mais ce que les partis floreffois n’avaient manifestement pas anticipé, c’est que les deux listes d’ouverture allaient amener deux nouveaux noms dans le paysage floreffois (RPF et POUR, contre Clarté, IC, Défi et PS en 2006, sans oublier CIF…), deux listes qui ne communiquent ni avec de l’orange « car RPF n’est pas une liste CDH hein ! » ni avec du rouge « car POUR n’est pas une liste PS hein ! ». Résultat ? Deux listes qui communiquent sur un fond blanc avec une écriture ni rouge-ni orange.

    Conséquence directe ? On ne reconnait pas les affiches quand on les croise. Plantage total en termes de communication. Pour un lancement de nouveau nom, c’est râpé pour les deux.

    Avec un avantage pour RPF : les noms parlent aux citoyens. André Bodson, tout le monde connait son nom, Benoît Mouton, Anne Romainville, et j’en passe.

    C’est tout de suite moins évident pour POUR. De nouveaux noms apparaissent et bardaf, c’est l’embardée, j’apprends samedi d’un militant socialiste de longue date qu’un ancien candidat FN se retrouve sur cette liste d’ouverture. Je lis dans L’Avenir mardi la même info.

    Surréaliste ! Je ne m’étendrais pas sur le sujet (je n’en pense pas moins) car je ne voudrais pas me retrouver avec une plainte en diffamation sur le dos (ce qui pend au nez de Pierre Monnoyer d’après ce que dit l’avocat du candidat dont je ne citerai pas le nom). Surréaliste disais-je !

    L’électeur de Floreffe passera-t-il l’éponge ? Estimera-t-il que chacun a droit à une nouvelle chance ? A lui de décider…

    ECOLO

    Dernière liste – non pas en importance (4 sièges tout de même ! 4 fois le PS en 2006) mais parce que malheureusement pour elle et ses électeurs, son destin semble tout tracé : l’opposition.
    Car l’objectif de RPF est limpide : non pas tant avoir la majorité absolue que d’être en nombre suffisant pour renvoyer Ecolo dans l’opposition.
    N’ont-ils jamais digéré l’importance donnée au Collège en 2000 à Ecolo (2 élus – 2 échevins) ? Ou reprochent-ils à ces deux échevins (renforcés de deux conseillers en 2006) de faire pendant 12 ans ce qu’ils s’étaient engagés à faire durant les campagnes ?

    Qu’on soit Ecolo ou non, on doit au moins reconnaître leur cohérence. Mais celle-ci peut parfois être interprétée comme du dogmatisme par d’autres élus qui s’attendaient peut-être qu’Ecolo se contente simplement de faire « nombre ».

    Quel résultat en 2012 ? Remercié par leurs actions et un siège en plus ? Sanctionné et un siège en moins ? Finalement, peu importe, RPF fera sans eux. Je suis prêt à parier gros là-dessus.

    La seule question pour moi est de voir l’impact du départ de T-M Bouchat de la liste : elle annonce son départ+/- au moment de l’annonce de la fusion Clarté-IC-Défi. Aucun lien dit-on chez Ecolo : c’est simplement pour permettre à d’autres militants d’occuper le devant de la scène. D’autres disent qu’elle quitte le navire car n’a pas envie d’être simple conseillère de l’opposition.
    Peu importe : il reste que c’est une personnalité qui s’en va et qui risque de faire perdre des voix importantes à Ecolo alors qu’elle aurait pu pousser la liste sans briguer un mandat.

    Les alliances me direz-vous ?

    On peut d’abord parler des résultats : sinon, à quoi bon voter ?

    En fait, les résultats importent assez peu.

    RPF représente un potentiel de 14 sièges sur 19. Il en faut 10 pour gérer la commune, 11-12 pour être plus à l’aise. 14 ou 15 et c’est Byzance !
    RPF peut donc sans souci perdre 1 siège. Même 2. Plus serait étonnant mais inquiétant seulement à partir de 4.
    Rien ne s’opposerait donc a priori à ce que RPF gère seul la commune.

    POUR fera-t-il un siège ? 2 ? 3 tiendrait du miracle.

    Ecolo, je l’ai dit : ça ne changera pas grand-chose pour eux. Désolé pour les électeurs Ecolo…

    Alors ? Majorité absolue ? Alliance ?

    L’objectif est clairement d’être majoritaire mais être majoritaire ne signifie pas nécessairement d’être seul au pouvoir. N’excluons pas trop vite une envie d’alliance. Ecolo ? Relisez ce que j’ai écrit plus haut… La seule possibilité pour moi serait que RPF punisse Ecolo de la place prédominante prise en 2000 (c’est parfois mesquin la politique…) : maximum un échevin donc. Ecolo n’acceptera pas si leur résultat est bon.
    POUR ? N’oublions pas que POUR n’est pas une liste PS mais est pilotée par l’USC de Floreffe, tirée par le conseiller communal PS sortant et que tout bon bourgmestre cherche à avoir les relais utiles auprès de l’autorité de tutelle. Et être deux à table permet de ne pas être seul à assumer les difficultés : ne sous-estimons pas cet aspect. « Vous savez, être en coalition oblige à faire des compromis, etc. ».

    Je n’exclurais donc pas une alliance CDH-PS. Pardon pour ce lapsus (que le MR ne me jette pas dans la Sambre !!) : RPF-POUR. POUR qui se contentera certainement d’un échevin ou de la présidence du CPAS, tellement content de passer de l’autre côté de la table.

    Dernière question ? Qui !

    Quels partis, c’est vu. Mais quels échevins ? André Bodson rempilera si son score le lui permet et je ne vois pas qui pour le battre en voix de préférence. Je ne parierais pas sur un mandat de six ans par contre…
    Quels échevins dans une liste fusionnée de trois listes ? 1 de chaque ? Quelle sera la femme ? Y a-t-il des accords préélectoraux ou les voix de préférence seront-elles prédominantes ?
    Delphine Monnoyer – deuxième femme et tendance Clarté-CDH – ou Anne Romainville tendance Défi-MR ? Un accord tacite a-t-il été pris ? A-t-il été communiqué à tous les candidats ?
    A moins que… une candidate de POUR ?

    Il ne serait pas inutile que les responsables de RPF communiquent sur les règles appliquées. Mais c’est probablement un vœu pieux à dix jours du scrutin.

  • On sort les vélos!

    Ce dimanche, Floreffe prouvera une nouvelle fois qu'elle est une très belle commune pour se promener en vélo, à l'occasion du lancement de la semaine de la mobilité.

    Saviez-vous que seules deux communes de la Province (qui en compte tout de même 38) participent à cette semaine de la mobilité? Et l'une d'elles est la nôtre: ne laissons pas passer cette chance!

    Cette année, année de l'autonomie pour ma fille de 7 ans (fini le demi-vélo tiré par papa...): j'opte donc pour le parcours "light". 3 km agrémentés de pauses contées.

    Les plus courageux feront 14km le matin et/ou l'après-midi.

    Plus de détails ici

  • L'Afrique reste à Floreffe

    Esperanzah 2007, c'est fini!

    L'Afrique ne quitte pas le site pour autant avec, le 18 août, le 10ème anniversaire de l'absl EBS, Ecole de Brousse au Sénégal.

    Depuis 10 ans, Michel Grégoire de Suarlée s'investit au Sénégal pour aider les communautés rurales à construire des écoles primaires ou maternelles. Pas question d'arriver au Sénégal avec une approche paternaliste et des bulldozer d'une entreprise belge: chaque projet est géré avec les partenaires locaux et une classe primaire ne sortira pas du sol sans l'implication des utilisateurs finaux, encadrés par EBS qui se charge également des contacts avec l'inspection de l'enseignement pour bien s'assurer que chaque classe sera conforme aux normes sénégalaises. A quoi bon construire une classe aux normes belges si ensuite l'Etat refuse d'intervenir dans le traitement des enseignants pour non-conformité aux normes sénégalaises?

    Vous l'aurez compris: un travail essentiel et de qualité.

    Bref, bon anniversaire EBS... et rendez-vous ici  pour le programme des activités. Et si le petit train rouge d'Esperanzah vous manque, sachez que vous aurez ici la possibilité de monter dans un véritable car rapide sénégalais...

    Benoît

    decoration

  • Les noms de famille

    Savez-vous quels sont les noms de famille les plus répandus à Floreffe?

     

    Top 3:

    1. Lessire
    2. Marchal
    3. Massart

    Plus d'infos ici.

  • Un sondage sur Floreffe

    Fini les sondages sur les élections, voici un sondage (colonne de droite) sur Floreffe. Il s'adresse tant aux Floreffois qu'aux extérieurs.

    N'hésitez pas à faire un lien depuis votre propre blog: plus il y aura de réponse, plus les résultats seront pertinents.

    Benoît

  • Lu sur www.ps.be

    Vous êtes webmaster et sensible aux idéaux du parti socialiste?

    Alors le PS a besoin de vous :-)

    Les infos ici: http://www.ps.be/Source/PageContent.aspx?MenID=3668&EntID=1

    Et si en plus vous habitez Floreffe, je crois que votre aide sera appréciée par l'USC de Floreffe (www.ps-floreffe.be).

    A bon entendeur...

    Benoît

  • J-2

    esperanzh

     

    Le départ Esperanzah, c'est pour ce vendredi. Un week-end de rêve sur les hauteurs de l'Abbaye, prolongé de la meilleure des façons pour les 8000 heureux détenteurs d'une place pour le concert de Manu Chao lundi.

    Rendez-vous sur www.esperanzah.be pour toutes les infos... ou sur le site pour découvrir comme moi la programmation, c'est-à-dire "à l'aveugle". Ne me demandez pas le nom d'un groupe: j'y vais sans avoir (volontairement) rien lu sur la programmation car l'intérêt d'un tel festival est justement de se laisser emporter par la découverte de styles et d'ambiances qui ne nous attireraient pas nécessairement sur papier.

    Rappel aux Floreffois: il est possible de venir découvrir le festival gratuitement le vendredi. Renseignements à l'Office du Tourisme. Profitez-en: c'est à ma connaissance le seul festival qui offre une telle possibilité à un village entier!

    Benoît

  • Manu Chao à Floreffe!

    manu

     

     

    C'est inespéré: Manu Chao sera à Floreffe le 6 août!

    Et ce qui ne gâche rien, ce sera à sa demande...

    Le "King of the Bongo", ancien leader de la Mano Negra, dont une chanson a inspiré le titre du Festival Esperanzah se produira à Floreffe le 6 août, soit au lendemain du Festival (dont la programmation était déjà bouclée).

    Un conseil aux amateurs: ne tardez pas à acheter votre place!

    Benoît

  • Saviez-vous que...

     

    Un des premiers magasins (le premier?) Oxfam a été créé à Floreffe? C'était il y a 30 ans, au Séminaire. A l'initiative de ce premier magasin de commerce équitable? Denis Lambert, devenu depuis responsable de Magasins du Monde Oxfam et qui quitte son mandat à l'automne (mais ceci n'a aucun rapport avec cela).

  • Le MR et la démocratie participative

    Dans la dernière édition de la Souris bleue, le MR de Floreffe critique vertement le conseil consultatif "info et participation".

    Pourquoi?

    Parce que seulement 16 candidatures ont été reçues, soit moins d'1% de la population floreffoise.

    Parce qu'en plus, selon le MR, seul 1/4 des candidatures serait "purement citoyennes". Les autres, je cite, "émanent en effet de personnes actives au sein d'un groupe politique ou d'associations proches... de la majorité".

    Que le MR ne souhaite pas promouvoir la participation, je peux le comprendre. Mais qu'on jette l'opprobe sur un groupe d'une 20-aine de personnes qui ne s'est encore réuni qu'une fois mais de façon très constructive et désintéressée, j'appelle cela un procès d'intentions. Il est trop tôt pour dire si cette commission aura été utile... mais le MR annonce déjà - à 5 ans 1/2 de la fin de la législature! - qu'il faudra, je recite, "beaucoup d'audace pour oser déclarer que la participation citoyenne aura été un franc succès à Floreffe".

    Je fais partie de ce conseil et ne tente nullement défendre la majorité (Thérèse-Marie Bouchat le ferait et le fera certainement mieux que moi), je ne suis pas d'une association proche de la majorité et je ne suis pas, plus, actif au sein d'un groupe politique. J'ai par contre jusqu'ici beaucoup de plaisir à participer à ce conseil qui ne sera, je l'espère (sous-entendu j'attends de voir avant de juger!), qu'une des actions en matière de participation citoyenne de la législature.

    Ce conseil a tenté jusqu'ici de ne pas politiser les débats car fondamentalement, la mise en page du site Internet de la commune (sujet de la première réunion) se préoccupe peu des idéologies. Sauf bien sûr quand la majorité des présents le veulent interactif.

    Je crois comprendre que le MR regrette que ces sympathisants ne soient pas plus nombreux: peut-être étaient-ils contre la participation citoyenne? peut-être sont-ils contre l'interaction? C'est surtout au MR de se remettre en question!

    La participation citoyenne ne se décrète pas, elle se vit au quotidien, par étapes et avec la bonne volonté de tous, pas avec des procès d'intention stériles.

    Benoît DEMAZY
    Membre du Conseil consultatif Info et Participation.

  • Les Amis de la Terre invitent à Floreffe

    terre

     

    Vous avez du temps libre le dimanche 19 mai? Rendez-vous à l'Abbaye de Floreffe pour une journée de débats et exposés organisée par "Les amis de la terre":

     

    Autrement l’Énergie

     

    Plus d'infos sur le site des amis de la terre ou via un dépliant disponible dans les commerces de Floreffe.

     

    Thèmes:

    • Energie
    • Habitat
    • Alimentation
    • Vers une autres société

     

  • La minute culinaire

    Belle soirée hier avec un groupe d'amis au Relais gourmand, au pied des grottes. Décidément, Floreffe a plus d'un atout dans son sac et n'a pas grand chose à envier aux grandes villes!

    Un Echevin namurois, présent hier à une autre table, découvrait l'endroit avec des amis bien inspirés de lui faire découvrir ce restaurant. Nul doute qu'il reviendra... Et si l'envie lui prend de multiplier les découvertes, il pourra également apprécier Le Mas des Cigales à Floriffoux.

    Et qu'on se rassure, il est également possible de passer un très bon moment de "convivialité culinaire" pour 8 €. Pour cela, il faut monter un peu plus haut, au Camping. Profitez-en: ce n'est pas ouvert toute l'année...

  • Première réunion du Conseil "Info et participation"

    Jeudi dernier se tenait la première réunion du Conseil consultatif "Information et Participation". J'étais curieux de découvrir cette expérience de participation! Ayant eu l'occasion de m'impliquer dans des dossiers de participation à Namur, je voulais voir comment on ressentait cela en tant que citoyen cette fois.

    Premier constat: la participation attire! Nous étions 24, dont quelques représentants du Collège, du CPAS et trois agents communaux et bien sûr, la "société civile". La salle n'aurait pas pu accueillir une personne de plus je pense...

    Deuxième constat - et réponse positive à une crainte que j'avais -: une fois installé, il n'y a pas des politiques d'une part et des citoyens de l'autre, des partisans de la majorité d'un côté et de l'opposition de l'autre, des gens "pour" et des gens "contre", il n'y a que des personnes soucieuses d'améliorer petit à petit l'information et la participation. Je serais bien en peine de devoir dire qui était plutôt vert, rouge, bleu ou orange autour de la table... et c'est très bien ainsi! Comme je l'ai toujours dit (quitte à ne pas plaire à certains esprits étroits), une bonne idée n'a pas de couleur: chaque personne doit pouvoir reconnaitre la qualité d'une proposition, quand bien même elle émane d'une autre tendance politique. Ce sera manifestement le cas ici, je m'en réjouis.

    Troisième constat: la mixité du Conseil se marque également dans le niveau des connaissances informatiques (la première réunion portait essentiellement sur le site Internet). Le danger de la participation citoyenne est de voir une certaine "élite" s'accaparer les débats alors que chacun peut avoir un avis constructif.

    Bref, un très bon début!

    Benoît DEMAZY

  • La démocratie floreffoise

    « Souveraineté du peuple » : voici le sens littéral du mot grec dèmokratia qui nous a donné le mot démocratie.

     

    Si la démocratie commence par le respect des droits fondamentaux des citoyens (déclaration universelle des droits de l’homme en tête), elle est également caractérisée par l’organisation d’élections qui assurent aux mandataires une représentativité plus ou moins grande de la population.

     

    Ce n’est pourtant qu’un début : encore faut-il que le citoyen puisse occuper la place qui lui revient, et qu’il l’occupe. La « participation citoyenne » ou « démocratie participative »* nous le permet de plus en plus.

     

    Comme d’autres floreffois, j’ai décidé de tenter l’expérience. Pour me convaincre qu’il ne s’agit pas que d’un effet de mode. Pour me convaincre que le citoyen a son mot à dire. Pour partager surtout des idées, des envies. Bref, un prolongement de ce blog.

     

    Vous trouverez ci-dessous les noms des citoyens membres de deux conseils consultatifs (trouvés sur www.floreffe.be).

     

    Conseil consultatif de l'information et de la participation

    Michaël Hubeaux (suppléant : Marc Gillain), Elisabeth Dehoux (suppléante : Catherine Stulemijer), Alain Jossart (suppléant : Vincent Houbart), Jean-Philippe Dave, Benoît Demazy, Michèle Devos, Monique Dobrange, Emmanuel Gilot, Daniel Halbardier, Marc Hellebreckers, Thérèse Jeunejean, Sandhya Katara, Jean-Marc Moutiaux, Delphine Rasseneur, Rita Verstraete

     

    Conseil consultatif de la mobilité et de la sécurité routière

    Claudine Verbeke, Benoît Debilde (suppléant : Pierre Debilde), Patrick Huppertz (suppléant : Tony Hinyot), Marianne Branders, Jean-François Dautreppe, Benoît Masquilier

     

    Première réunion du Conseil dont je suis membre la semaine prochaine : à suivre donc !

     

    Benoît DEMAZY

                    

     

    * Ce qui relève du quasi pléonasme…

     

  • Les absents ont toujours tort

    Les trop rares Floreffois présents vendredi au concert de Thierry Romanens savent à quel point les absents doivent regretter de ne pas être venus au 2ème concert de ce chanteur suisse qui n'a qu'un tort face aux "grandes pointures de la chanson française de qualité" (Bénabar, Cali, Thomas Fersen,...): ne pas avoir les "honneurs" des grands médias. Car la qualité des textes et la sincérité du chanteur n'ont rien à envier aux précités, que du contraire.

    Alors voir, avec des amis, pour 9 €, un concert de cette trempe, chez soi, alors qu'il faudra peut-être payer un jour 60 € pour le voir à Bruxelles dans une salle de 1500 personnes, ça ne se rate pas!

    Merci le Centre culturel pour ce moment magique.

    Benoît DEMAZY

  • A votre service

    Je vous parlais il y a quelques semaines de l'appel aux Floreffois pour la constitution des commissions et conseils consultatifs. Pour ma part, c'est le groupe "Information et Participation" qui a retenu toute mon attention et je suis heureux d'apprendre que le Conseil communal a retenu ma candidature.

    N'hésitez donc pas à me faire part de vos suggestions et remarques à propos du bulletin communal (dont la dernière parution devrait être dans les boîtes aux lettres ce lundi), du site Internet et de tous autres outils de communication et de participation de la commune.

    De mon côté, je partagerai cette expérience sur ce blog, que j'envisage depuis sa création comme une modeste micro-expérience de participation citoyenne. Mais qui dit participation dit interaction: à vous d'agir, de réagir!

    Benoît DEMAZY

  • Déclaration de politique générale

    Si les conseillers sont élus sur base d'un programme et de promesses faites en campagne, rien ne garantit pour autant que ces promesses seront tenues.

    Pour une raison essentielle: un programme est lié à un parti alors qu'une commune est le plus souvent gérée par la coalition de deux ou trois partis. Chacun doit donc mettre de l'eau dans son vin.

    Mais comment connaître alors les intentions d'une majorité? C'est très simple. Deux documents permettent de se faire une idée précise de ces intentions:

    1. La déclaration de politique générale.

    2. Le budget

    La déclaration se fait en début de législature tandis que le budget est annuel. Le premier document permet donc d'avoir des idées et projets (un catalogue de bonnes intentions) tandis que le budget prévoit (ou ne prévoit pas!) les moyens de concrétiser ses idées et projets.

    J'ajouterai le compte communal, également annuel, qui permet lui de voir comment le budget a été géré.

    Envie d'en savoir plus et surtout de voir ce qui attend Floreffe pour les six prochaines années? Rendez-vous sur le site Internet de Floreffe qui publie la déclaration de politique générale:

    http://www.floreffe.be/sitefloreffe/Site.nsf/.AllWeb/43F1E63965CF9C95C1256EBA00504CAD?Opendocument

    Benoît Demazy

    P.S.: Chaque citoyen a le droit de consulter les documents de l'administration sauf cas particuliers (question de confidentialité,...). N'hésitez donc à entrer et à demander à consulter le budget communal: ça aussi, c'est de la citoyenneté participative.

  • Libéralisation du marché de l’électricité

    Au premier janvier, le marché de l’électricité s’ouvre vraiment à la concurrence. Nous pouvons donc choisir le fournisseur que nous souhaitons.

     

    Au début, j’ai opté pour la facilité : ne pas changer. J’avais encore en mémoire des mauvais souvenirs en matière de téléphonie ou d’Internet : multiplication soudaine des opérateurs pour finalement arriver à un service plus cher, de moins bonne qualité et des fusions en pagaille qui rendaient le marché tout sauf clair.

     

    Mais en réfléchissant un peu, en lisant notamment que sans changer de fournisseur, ma facture allait quand même augmenter, je me suis dit « pourquoi pas »…

     

    Je vous propose de partager l’état de mes réflexions, sachant que mon choix n’est pas encore fait de façon définitive… et que je ne suis pas un spécialiste.

     

    LES FAITS

     

    Nous avons pour l’instant un fournisseur, Electrabel, et un distributeur, l’IDEG. Demain, le distributeur restera IDEG mais nous pouvons choisir le fournisseur.

     

    Ø      Si je ne fais rien d’ici le premier janvier, mon fournisseur actuel restera mon fournisseur mais je pourrai changer quand je voudrai.

    Ø      Si je signe un nouveau contrat chez lui, je serai alors lié pour une période d’un an : pas moyen de changer avant.

    Ø      Si je signe un nouveau contrat chez un autre fournisseur, je serai lié pour une durée d’un an ou plus (2 ou 3 ans chez certains, moyennant incitants financiers).

     

    Premiers conseils : si vous n’êtes pas décidés ou sûrs à 100% de votre décision, ne signez rien ! Vous ne serez pas sans courant au premier janvier et vous resterez entièrement libre de changer par la suite. Si vous signez un autre contrat chez Electrabel, là par contre, vous serez coincés. Prenez donc le temps de réfléchir.

     

    Si j’opte pour le changement, j’ai deux grandes décisions à prendre :

     

    -         Vais-je choisir un opérateur « traditionnel » ou « vert » ?

    -         Vais-je choisir une formule à prix fixe ou variable ?

     

    Commençons par le prix. Il existe un formule à prix fixe : je sais donc, en signant, le prix exact que je payerai pour toute l’année 2007 (reste à connaître bien sûr ma consommation). Pas de risque donc. D’un autre côté, si le prix de l’énergie baisse, tant pis pour moi… mais je ne crois plus au Père Noël depuis longtemps.

    Avec la formule « prix variables », je suis à la merci d’une augmentation des tarifs de mon fournisseur. Un exemple : les tarifs d’Electrabel ont augmenté de 9% en un an. La simulation que je peux faire aujourd’hui n’est donc pas une garantie pour l’avenir.

     

    Conseil : si le prix est LE critère pour vous, ne vous fiez donc pas au tarif proposé par les fournisseurs « variables ». Notez par exemple que les simulations sont faites sur base du prix de décembre… mais des hausses arriveraient déjà en janvier 2007, càd dans quelques jours.

     

    Enfin, traditionnel ou vert ? Je n’oblige personne à suivre mon raisonnement mais je me dis que si je change de fournisseur, autant que ça ait un sens. En signant un document, sans la moindre conséquence négative sur mon quotidien (j’aurai toujours de l’électricité de même qualité…), je pose un geste utile pour notre planète. C’est bien beau de regarder les éoliennes qui fleurissent dans nos provinces… si ce n’est pas pour soutenir les sociétés qui osent investir dans cette technique d’avenir.

     

    L’état table sur 12% de foyers qui optent pour l’énergie verte. Et si on faisait exploser ce % : pourquoi pas 20, 30, 50% ? Pas besoin d’être un militant écolo avec un pull de Julos Beaucarne, une carte d’Ecolo dans la poche et un tandem à la place du traditionnel véhicule motorisé : laissons les clichés au frigo et réfléchissons un peu aux conséquences de notre décision. Et je rappelle que cette décision est simple, facile et sans conséquences négatives pour nous. Quant aux conséquences positives, elles sont nombreuses !

     

    Conseil : rendez-vous sur http://simulateur.ugr.be/ pour réaliser une simulation et sur http://www.greenpeace.org/belgium/fr/electricite_verte/ranking pour en savoir plus sur les fournisseurs verts.

     

    J’ai un petit faible pour Nuon pour l’instant, largement premier fournisseur wallon dans le classement de Greenpeace (il est possible d’obtenir des renseignements chez Baudelet rue Romedenne) mais mon choix définitif n’est pas encore fait.

    Lampiris, petite société belge, me plait pour son ancrage belge et son côté « David contre Goliath »… mais justement, résistera-t-elle face à de grands groupes ?

    Enfin, Luminus est associé (merci Albert Mabille pour l’info)  aux centrales hydroélectriques de Floriffoux et au parc éolien de Taravisé. Un ancrage local appréciable mais continue à travaille avec la centrale nucléaire de Tihange d’où la mauvaise note décernée par Greenpeace.

    Je terminerai en disant qu’Essent n’a pas très bonne réputation, du moins dans sa partie marketing avec des pratiques qui s’apparentent à de la vente forcée : il est donc exclu de ma liste de choix…

     

    Derniers conseils :

    - Personne ne sera sans électricité au premier janvier : n’ayez pas peur si un démarcheur à domicile ou à la sortie d’une grande surface essaye de vous convaincre par la peur. Et méfiez-vous des « cadeaux » : on parle d’énergie et donc de l’avenir de la planète : un chèque de bienvenue de 15 ou 30 € peut vous convaincre de signer… cela ne fait pas du fournisseur le meilleur choix pour autant !

    - Si le prix reste néanmoins LE critère, regardez bien les simulations. Pour ma consommation, le tarif (variable et donc incertain) d’Electrabel est identique à celui de Lampiris (fixe et donc certain). Il est donc tout à fait possible de combiner réflexion économique et écologique.

     

    A suivre donc !